mercredi 28 janvier 2015

Voyage dans les régions kurdes de Turquie, de Şanlıurfa à Gaziantep (partie 2)

Salam wa aleykoum, bonjour,
C'est avec un peu d'émotion que je commence le deuxième article de cette série, car Kobane a été liberée hier, après des semaines de siège.


Si vous avez loupé la première partie vous pouvez la retrouver ici, la troisème partie se trouve ici.


Parlons de la nourriture en extérieur. Là bas, dans les restaurants, l'accueil est différent, on vous accueille comme un véritable invité, les hommes (serveur et client) se serrent la main et parfois, à la sortie, on vous propose de l'eau de Cologne comme il en est coutume lorsqu'on reçoit un invité chez soi en Turquie. La chaleur et le plaisir de recevoir sont de coutume chez les kurdes. D'ailleurs, vous aurez du mal à trouver des restaurants chics dans ces régions, et si vous en trouvez évitez les, la véritable cuisine kurde se trouve dans ces restaurants « normaux » dans les rues.
L'Euphrate

Concernant la nourriture dans les restaurants nous avons pu souvent profiter des poissons de l’Euphrate. Imaginez, un poisson tout frais, péché du fleuve qui se trouve juste à côté de vous. Pas d’assaisonnement excentrique, juste ce qu’il faut, pour une texture et un goût incroyable. La plus grosse partie des poissons pêchés sont des truites, et les déguster et à chaque fois un grand plaisir. J’ai pas pu prendre de photo mais voici une petite image illustrative :
sihirlioklava-mahate.blogspot.com

La photo du poisson que je vous montre ici est dit « Şaput » en Turquie, je ne connais pas le nom en français si à la vue des images du poisson quelqu’un qui s’y connaît bien veut bien éclairer ma lanterne ! A noter qu'il est beaucoup moins fréquent d'avoir l'occasion de le déguster (et pas forcément meilleur!).



Pour accompagner tout ça une délicieuse salade faite de concombres, chou rouge, oignons, tomates, persil, généreusement arrosée de mélasse de grenade, d’huile d’olive et de citron. Et vous avez là face à vous des mets simples, mais tellement bons que j’en ai l’intérieur de ma bouche qui s’humidifie. Et si vous avez la chance de visiter ces régions, à votre grand bonheur, cette salade accompagnera toujours vos plats. 


Parfois, également accompagné de ezme (à gauche sur la photo) qui signifie écrasé et qui se compose d'oignons, poivrons, tomates, persil coupés en tous petits morceaux et assaisonnés de piment et citron. J'avoue que j'en ai jamais fait chez moi, c'est plutôt un mezze turc qu'on retrouve dans tout le pays.

Côté viande on retrouve des brochettes d’agneau ou de poulet cuit au feu de bois. Rien ne vaut la cuisson au feu de bois, ce goût grillé est juste inimitable. Et toujours accompagné de son dew, la boisson au yaourt salé pour se rafraîchir!




Je suis tombée dans un restaurant sur une sorte de « börek » cuit aussi au feu de bois, garni de fromage et de viande hachée. Je me promets d’essayer de reproduire cette recette ! 


On retrouve les retrouve également sous forme de sandwich à emporter, ici c’est une version « Adana kebap », c’est-à-dire une fine brochette de viande hachée épicée.



Deux prédateurs ont visiblement mon sandwich en vue...
Il fait entre 40 et 45 degrés là-bas, du coup tous les moyens sont bons pour refaire descendre notre température. Nous avions l’habitude de déguster des glaces de Kahramanmaras, qui ont la particularité d’être élastiques ! Ce sont des glaces faites à base de lait de chèvre, sahlep et qui sont frappées afin d’avoir leur structure finale. La glace est élastique mais onctueuse en bouche, et la réalisation de cette glace assez impressionnante.


En revanche les desserts chauds ne sont pas mis de côté, loin de là ! Peut-être que vous connaissez déjà le kunefe, des cheveux d’ange croustillants au sirop fourrés au fromage filant neutre en goût et parsemé de fruits secs (pistache surtout). C’est juste te-rri-ble comme dessert ! Un bon dessert oriental au sirop comme on les aime, mais en couche très fine pour ne pas être écœuré.


La plupart de ces photos ont été prises dans la ville de Halfeti que j'avais évoqué dans l'article précédent, ainsi qu'à Birecik, une ville kurde qui se trouve à une trentaine de kilomètres au sud. Je n'ai pas de photos de Birecik, mais celles ci ont été prises Halfeti ainsi que des bords de l'Euphrate.






Et des sponsors insolites...!

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. C'est beau et ça donne faim!!!! Je suis sûre que j'adorerais la cuisine kurde. Simple, pleine de légumes frais, de poisson et quant aux desserts n'en parlons pas. Mon âme tropicale s'adapterait tout à fait :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Cécile! je t'avoue que manger du poisson est moins fréquent (j'ai pas pensé à le souligner sur le coup) mais mérite tout de même d'être souligné ici en tant que richesse gastronomique de la région!

      Supprimer
  2. Ciao, je continue le voyage grâce à toi, merci! je pense que le poisson c'est un sar ou alors une dorade? C'est délicieux,grillé,simplement, c'est la meilleure façon de manger du poisson. Tout est délicieux, en particulier le ezme,mmm! Bon après-midi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un bar mais je pencherais volontiers pour la dorade
      Bonne journée

      Supprimer
  3. Wouaw je trouve ça tellement beau ! Je trouve que les régions kurdes ont vraiment leur charme. Peut être que j'y ferai un tour qui c'est

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'espère sincèrement, un voyage qui marque les esprits par la chaleur et l'accueil que dégagent les habitants.

      Supprimer